L’intérêt des productions internationales pour le Tyrol


007 est loin d’être le premier personnage fictif à évoluer dans le décor montagneux tyrolien. En 1926 déjà, Hitchcock l’avait choisi pour tourner son film « The Mountain Eagle ». Le film a entre-temps malheureusement disparu. Seuls le journal d’Hitchcock, 12 photographies et des critiques confirment que le film du maître a bien été tourné au Tyrol. La pellicule serait aujourd’hui la plus recherchée au monde.

Peu de temps après, dans les années 30/31, Arnold Fanck choisit St. Anton et St. Christoph am Arlberg pour réaliser « L’ivresse blanche (Der weiße Rausch) ». Le film a contribué à établir le ski comme sport populaire et à donner ainsi au tourisme de sports d’hiver tyrolien un essor sans précédent.

En 1969, le film hollywoodien « La descente infernale (Downhill Racer) » de Michael Ritchie est tourné principalement à Kitzbühel et St. Anton am Arlberg. Rien moins que Robert Redford, Gene Hackman et Camilla Sparv ont séjourné au Tyrol le temps du tournage.

Puis Jean-Jacques Annaud, en 1987, choisit lui aussi le majestueux décor montagneux du Tyrol pour tourner l’un de ses plus célèbres films : « L’Ours ». Succès international. La nature sauvage et rocheuse de l’Osttirol et des environs de Lienz s’inscrit à jamais dans l’histoire du cinéma.


Haut
Live Chat
Live Chat