Tout le monde s’affaire pour que la fête soit belle


Il en faut des petites mains pour parer la tête des vaches, leurs cloches et leurs magnifiques coiffes pouvant tout de même peser jusqu‘à 20 kilos. On peut y admirer des images religieuses, une croix ou des maximes, très joliment ornées de roses des Alpes, de branches de pin des montagnes ou de chardon argenté. La décoration est autant une affaire de tradition que de créativité, de sorte que l’on peut souvent voir des bandes de papier coloré agrémenter les fleurs de la coiffe.

De mi-septembre à octobre, plus de 50 désalpes sont célébrées à travers le Tyrol. Il arrive souvent que le chemin du retour dans la vallée soit long et escarpé, ce qui nécessite beaucoup de petites mains, comme nous le précise également Pfister : « Nous avons besoin de dix assistants. Et ce sont des pros qui nous permettent de ramener les vaches à la maison. » Et il faut aussi de la force pour remettre sur le droit chemin les vaches souvent turbulentes. « Nous retenons les vaches, elles doivent marcher lentement pour parcourir les 20 kilomètres qui les ramènent au village sans accroc. » Et oui, le chemin est long. Heureusement, les paysans, vachers et assistants trouvent dans les villages de quoi se restaurer – du pain, un petit verre de Schnaps et c’est reparti !


Haut
Live Chat
Live Chat