Chemin d'altitude
Lechtaler Höhenweg

Un vrai beau chemin de montagne qui offre à la fois un paysage magnifique et des défis à la hauteur des attentes des amateurs de grande randonnée. Avec une longueur de minimum 85 kilomètres selon les itinéraires et une altitude jonglant entre 2000 et 2500 mètres, le Lechtaler Höhenweg suit la crête principale des Alpes de Lechtal. Si l’on compte les variantes, il est divisé en 18 étapes, faisables selon les niveaux des alpinistes entre 10 et 19 jours. L’itinéraire le plus court fait à lui seul déjà 7000 mètres d’altitude sur sentiers difficiles.

13 auberges de montagne offrent accueil, gîte et couverts, tranquillité et convivialité. Quant à la splendeur du paysage, elle est par exemple incarnée à la perfection par le lac de Steinsee : il brille comme une perle bleu turquoise à l’est du refuge du même nom, majestueusement encadré par le décor montagneux de la Dremlscharte.

Le chemin de haute montagne de Lechtaler Höhenweg correspond à un tronçon du chemin de randonnée nord-alpin 01 et du chemin de grande randonnée européen E4. Comme tous les itinéraires des Hautes-Alpes, il demande une très bonne condition physique, une expérience solide en haute montagne, un pas assuré, une absence de vertige et des capacités en escalade. Selon les conditions d’enneigement peuvent être requis pour certaines étapes une corde, une pioche et des crampons. Parmi les grands moments de cette excursion figurent la dépression de Roßkarscharte, dont le passage est assuré par des câbles entre l’auberge de montagne Steinseehütte et la Württemberger Haus, ainsi que la traversée de la face sud-est de la Vorderseespitze, entre l’auberge Ansbacher Hütte et la Kaiserjochhaus.

Irene Rapp

« Sauvage, sublime et puissant : voilà qui décrit le chemin d’altitude de Lechtaler Höhenweg. La dépression de la montagne qui forme l’écrin du lac de Steinsee en est l’exemple même ».

Irene Rapp, éditrice au journal Tiroler Tageszeitung

Tranquillité apaisante autour du lac de Steinsee
Tranquillité apaisante autour du lac de Steinsee
Le lac de Steinsee sur le Lechtaler Höhenweg
Le lac de Steinsee sur le Lechtaler Höhenweg
Le lac de Steinsee dans son splendide décor montagneux
Le lac de Steinsee dans son splendide décor montagneux
Montée vers la Steinseehütte
Montée vers la Steinseehütte
Le lac de Steinsee vue d'en haut
Le lac de Steinsee vue d'en haut
Le lac de Steinsee sur le Lechtaler Höhenweg
Ouvrir la grande carte

Point de départ  

Steeg im Lechtal et Stuttgarter Hütte

Lieu d'arrivée

Anhalter Hütte et Elmen im Lechtal

Chaîne de montagne

Alpes de Lechtal

Longueur

85 km

Durée

10 jour(nées)

Caractéristiques

  • Randonnée possible en fauteuil roulant motorisé
  • Randonnées circulaire

Difficulté

difficile (chemin de montagne noir)

Altitude

2 630 m 1 198 m

Dénivelé à la montée 6 950 m
Dénivelé à la descente 6 736 m

Condition physique

Technique

Meilleure saison

Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Iun

Iul
Aug
Sep
Oct
Nov
Déc

* Il s'agit ici de données indicatives et de recommandations. Veuillez aussi prendre en compte vos propres capacités et les conditions météorologiques en cours. Nous ne saurions être tenus responsables quant à l'exactitude des informations données.

Se garer

Piscine Aqua Nova à Steeg ou scierie Prenten

 

Auberges de montagne :

Montée : Stuttgarter Hütte
Étape 1: Leutkircher Hütte
Étape 2: Ulmer Hütte
Étape 3: Leutkircher Hütte
Étape 4: Kaiserjochhaus
Étape 5: Ansbacher Hütte
Étape 6: Frederic-Simms-Hütte
Étape 7: Ansbacher Hütte
Étape 8: Memminger Hütte
Étape 9: Augsburger Hütte
Étape 10: Memminger Hütte
Étape 11: Württemberger Haus
Étape 12: Steinseehütte
Étape 13: Württemberger Haus
Étape 14: Hanauer Hütte
Étape 15: Hanauer Hütte
Étape 16: Steinseehütte
Étape 17: Muttekopfhütte
Étape 18: Anhalter Hütte

Description de l'itinéraire

Montée : Steeg/Lechtal – auberge de montagne Stuttgarter Hütte (2305 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 1166/61 mètres, durée de marche : 5h30, longueur : 12,4 kilomètres, difficulté : moyenne

Il est conseillé de s’atteler à la montée vers l’auberge de montagne Stuttgarter Hütte depuis la vallée de Lechtal. Vous avez la possibilité de partir directement de Steeg, ou de monter en bus jusqu’à l’arrêt Bockbach/Krabach un peu plus loin vers l’ouest. Ensuite, prenez vers le sud pour traverser la vallée de Krabachtal jusqu’au cirque, puis montez jusqu’au col de Krabachjoch, sur lequel siège l’auberge de montagne.

Étape 1 : Stuttgarter Hütte (2305 mètres) – Leutkircher Hütte (2261 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 578/619 mètres, durée de marche : 4h15, longueur : 8,8 kilomètres, difficulté : élevée

Le vrai point de départ du Lechtaler Höhenweg est en fait l’auberge de montagne Stuttgarter Hütte. C’est parti en direction de l’est jusqu’à bientôt atteindre le col Erlijoch à 2430 mètres d’altitude, encadré par la Erlispitze et la Fanggekarspitze. Ensuite, vous dépassez l’alpage Erlachalpe dans la vallée d’Almajurtal au pied de la Valluga, avant d’arriver au Stapfe-Tobel. Là, faites bien attention : en cas de neige et d’humidité, ce passage s’avère dangereux. Mais il peut être contourné en passant par les alpages Erlachalpe et Bodenalpe. L’auberge de montagne Leutkircher Hütte, sur le col arrondi Almajurjoch, s’offre à vous pour passer la nuit.

Étape 2 : Stuttgarter Hütte (2305 mètres) – Ulmer Hütte (2288 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 418/439 mètres, durée de marche : 3h, longueur : 5,8 kilomètres, difficulté : élevée

L’étape de la Stuttgarter Hütte à la Ulmer Hütte est courte mais vaut vraiment le coup car elle offre de nombreuses vues fantastiques. Sur le sentier Robert-Bosch-Weg, le versant de la montagne offre un passage vers mais escarpé et rocheux sous l’œil attentif de la Erlispitze, tandis que vous passez un peu plus loin le mur presque vertical de la Roggspitze. Vous êtes à la dépression Trittscharte (2580 mètres). Savourez l’aperçu grandiose sur le massif de la Silvretta et du massif de Verwall. Votre œil porte même sur la Patteriol (3056 mètres). Depuis la dépression Trittscharte, vous prenez en direction de l’auberge Ulmer Hütte sur la Valluga. Il s’agit de l’une des auberges et des refuges de ski les plus appréciées de l’Arlberg. Un bon repas et une bonne nuit vous attendent.

Étape 3 : Ulmer Hütte (2288 mètres) – Leutkircher Hütte (2261 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 464/488 mètres, durée de marche : 3h30, longueur : 7 kilomètres, difficulté : élevée

Le chemin de l’Ulmer Hütte au pied de la Valluga passe par le Matunjoch (2569 mètres), traverse les pistes de ski, pour mener enfin à une impressionnante arête de montagne : la Weißschrofenkamm. Vous avez alors la possibilité de faire la via ferrata, avec ses 500 crochets et 200 mètres de câbles. Sur le chemin d’altitude en lui-même vous attendent quelques passages où l’adrénaline monte en flèche, comme sur les passages escarpés et rocheux au pied de la Bacherspitze. La Leutkircher Hütte, plantée sur le col Almajurjoch, est le but de cette étape journalière.

Étape 4 : Leutkircher Hütte (2261 mètres) – Kaiserjochhaus (2310 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 327/279 mètres, durée de marche : 2h10, longueur : 4,4 kilomètres, difficulté : élevée

Cette étape vous guide par les versants verdoyants de la Stanskogel, qui vous prête son sommet à 2757 mètres en l’échange d’environ une heure d’ascension, et par des prairies abondamment fleuries. L’autre côté de la vallée est dominé par l’imposant massif Hoher Riffler (3168 mètres), faisant partie du massif de Verwall. Assez courte, cette étape est tout de même exigeante. Elle mène finalement à l’auberge de montagne Kaiserjochhaus, nichée dans une cuvette protégée du Kaiserjoch, gardée par la Grießkopf et la Bergleskopf.

Étape 5 : Kaiserjochhaus (2310 mètres) – Ansbacher Hütte (2376 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 558/488 mètres, durée de marche : 4h, longueur : 8,3 kilomètres, difficulté : élevée

Lors de cette étape, le chemin d’altitude se tortille au nord et au sud de la crête principale. Vous évoluez d’abord sur un sol verdoyant, puis traversez un amas de débris rocheux de la Grießkopf en direction de la dépression Kridlonscharte. Une vue splendide vous attend sur le lac de Hintersee, avant d’entamer la montée jusqu’au Hinterseejoch, de traversée le versant sud de la Vorderseespitze et d’atteindre le Alperschonjoch (2303 mètres) par un passage sécurisé par des câbles. Avant d’atteindre le but de votre étape, le passage du Flarschjoch vous attend sans grande difficulté, pour vous mener à l’auberge Ansbacherhütte, le refuge le plus haut perché des Alpes de Lechtal.

Étape 6 : Kaiserjochhaus (2310 mètres) – Frederic-Simms-Hütte (2002 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 555/859 mètres, durée de marche : 4h30, longueur : 8 kilomètres, difficulté : élevée

Sur le chemin de la Kaiserjochhaus en direction de l’est, vous prenez sous le Hinterseejoch vers Frederic-Simms-Hütte, c’est-à-dire vers le nord. Vous passez le cirque glaciaire Kridlonkar, puis la cavité sécurisée par des câbles sur le versant nord de la Vorderseespitze, dépassez la Feuerspitze et ses tons rougeâtres, avant de passer le Kälberlahnzugjoch. Puis des lacets vous font descendre vers l’auberge Simms-Hütte, au pied de la Holzgauer Wetterspitze (2895 mètres). Il s’agit de l’un des sommets les plus « élégants » des Alpes de Lechtal, particulièrement apprécié des amateurs d’escalade.

Étape 7 : Frederic-Simms-Hütte (2002 mètres) – Ansbacher Hütte (2376 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 892/519 mètres, durée de marche : 5h, longueur : 7,9 kilomètres, difficulté : élevée

Depuis la Frederic-Simms-Hütte, vous remontez sur le Kälberlahnzugjoch, puis prenez à gauche et sous la Feuerspitze, montez au Stierlahnzugjoch (2596 mètres). Beaucoup de randonneurs ne veulent pas manquer la vue depuis la Feuerspitze : l’ascension d’environ une heure ne présente pas de difficultés techniques. Le chemin traverse le versant nord-est de la Vorderseespitze et rejoint au niveau des Knappenböden l’itinéraire venant de la Kaiserjochhaus, qui mène ensuite à l’Ansbacher Hütte.

Étape 8 : Ansbacher Hütte (2376 mètres) – Memminger Hütte (2242 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 888/1024 mètres, durée de marche : 6h15, longueur : 10 kilomètres, difficulté : élevée

Cette étape a pour but la très réputée Memminger Hütte, qui avec ses 140 places pour dormir est l’une des plus grandes auberges de montagne des Alpes de Lechtal. Il faut la méritér : pour l’atteindre il vous faudra passer la Kopfscharte, le Winterjoch et la Grießlscharte. Ensuite, le chemin descend vers la splendide vallée de Parseiertal, où vous passez le col Parseierbach, et montez par les Bärenpleishänge vers la Memminger Hütte. Les habitués de l’escalade peuvent se lancer le défi de l’ascension de la Parseierspitze : avec ses 3036 mètres, il s’agit du sommet le plus élevé des Préalpes orientales septentrionales.

Étape 9 : Ansbacher Hütte (2376 mètres) – Augsburger Hütte (2289 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 1211/1297 mètres, durée de marche : 8h, longueur : 12 kilomètres, difficulté : élevée

La reine des étapes du Lechtaler Höhenweg, qui recoupe le chemin d’altitude Augsburger Höhenweg, s’annonce exigeante. Il s’agit de l’étape la plus longue en termes de temps, la plus difficile, mais aussi la plus impressionnante du chemin de grande randonnée. Parmi les défis qui vous attendent : le Winterjoch (2528 mètres) et la Parseierscharte (2604 mètres), où se trouve un refuge en cas d’urgence. Mais vous n’en avez pas encore fini, puisqu’attendent encore la Dawin-Scharte (2650 mètres) et la Dawinkopf (2968 mètres), qui promet une vue fantastique du haut de la deuxième place du podium des sommets les plus hauts des Alpes de Lechtal. L’ascension vers la première place du podium s’offre aussi à vous lors de cette étape. Plantée fièrement sur le versant sud de la Gatschkopf, l’Augsburger Hütte offre un gîte bien mérité et un confort de qualité.

Étape 10 : Augsburger Hütte (2289 mètres) – Memminger Hütte (2242 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 665/716 mètres, durée de marche : 4h30, longueur : 6,3 kilomètres, difficulté : élevée

Le sentier Spiehlerweg, aussi exigeant que magnifique, connecte l’Augsburger Hütte et la Memminger Hütte. Il commence par l’ascension vers la Gatschkopf (2945 mètres), puis par les dépressions Patrolscharte et Wegscharte en direction du nord. Après avoir passé les Seewiseen vert émeraude, vous prenez vers la Memminger Hütte. La descente par les passages escarpés et rocheux quelque peu au-dessus de la Patrolscharte, ainsi que la traversée des champs de neige, forment un beau défi. Il faut aussi faire attention au risque de chute de pierre. L’auberge de montagne Memminger Hütte se trouve sur les bords du lac Unterer Seewisee.

Étape 11 : Memminger Hütte (2242 mètres) – Württemberger Haus (2220 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 633/652 mètres, durée de marche : 4h15, longueur : 7 kilomètres, difficulté : élevée

L’étape commence en douceur et traverse des prairies fleuries, tout en dépassant le lac de Unterer Seewisee. Peu avant son jumeau le Mittlerer Seewisee, le sentier prend en direction de la dépression Seescharte (2599 mètres). De là, vous vous faufilez entre les tours rocheuses effilées, avant de passer la dépression Großbergscharte. C’est la crête principale qui vous guide ensuite pour un temps, avant de passer la Großbergkopf et la Großbergspitze (2657 mètres), point culminant officiel du chemin de Lechtaler Höhenweg. Mais les sommets pointent encore plus haut : comme par exemple le Leiterspitze à 2750 mètres d’altitude. Tel un nid d’aigle, la Württemberger Haus, but de l’étape, est nichée dans une cuvette du Medriol et offre une vue généreuse sur le paysage alentour.

Étape 12 : Württemberger Haus (2220 mètres) – Steinseehütte (2061 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 464/631 mètres, durée de marche : 3h40, longueur : 6,7 kilomètres, difficulté : élevée

Depuis le Gebäudjoch, on aperçoit déjà à l’œil nu le but de l’étape, même si quatre heures de marche vous séparent encore de la Steinseehütte. Suivez le flan sud de la crête principale et passez, entre autres, la dépression Roßkarscharte (2400 mètres) sécurisée par des câbles. Ensuite, cela descend en douceur vers l’auberge qui est encadrée par des sommets rocheux dentés. Les alentours de la Steinseehütte sont aussi connus par les amateurs d’escalade. La Parzinntürme et la Steinkarspitze se trouvent peu éloignées de l‘auberge de montagne.

Étape 13 : Steinseehütte (2601 mètres) – Württemberger Haus (2220 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 819/655 mètres, durée de marche : 5h, longueur : 7,7 kilomètres, difficulté : élevée

Contrairement aux apparences, l’étape 13 n’est pas le reflet inversé de l’étape 12. Son itinéraire est très varié en matière de paysage et vous fait passer deux dépressions faciles : la Gufelgrasjoch, en partie recouverte d’herbe, et la Bitterscharte, dont le passage est sécurisé par des câbles. Ensuite commence l’ascension vers le beau lac de Bittrichsee. Lorsque la neige recouvre le sol, la difficulté de cette dépression n’est pas à sous-estimer et le risque de glisser peut être très important. C’est par une longue descente, et éventuellement des champs de neige, que vous arrivez à la Württenberger Haus.

Étape 14 : Württemberger Haus (2220 mètres) – Hanauer Hütte (1922 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 750/1047 mètres, durée de marche : 5h45, longueur : 9,4 kilomètres, difficulté : élevée

Cela commence dur : depuis la Württemberger Haus, vous montez vers le lac qui la domine. La côte s’assagit un peu, avant de redevenir pentue pour accomplir les 300 mètres de dénivelé de la Bitterscharte (2550 mètres). De l’autre côté vous attend une dépression sécurisée par des câbles. Après les éboulis, voici la récompense à tous vos efforts : le chemin poursuit par de splendides prairies et alpages. Le tronçon qui suit vous guide romantiquement vers le Hinterer Gufel, puis monte vers le lac de Gufelsee, avant de passer le col de Guflseejoch (2375 mètres). C’est là que vient la descente vers l’auberge de montagne Hanauer Hütte, qui offre, avec sa majestueuse complice la Dremelspitze, un spectacle unique.

Étape 15 : Steinseehütte (2061 mètres) – Hanauer Hütte (1922 mètres) (par la Vordere Dremelscharte)

Dénivelé à la montée/descente : 400/539 mètres, durée de marche : 3h, longueur : 3,8 kilomètres, difficulté : élevée

Vous laissez la Steinseehütte derrière vous et montez par des prairies qui tapissent les pieds de la Schneekarlespitz vers le lac de Steinsee. Vous poursuivez par des éboulis qui mènent aux passages sécurisés par des câbles des Westliche Dremelscharte et Vorderen Dremelscharte (2434 mètres). Dans ce sens, la descente de l’autre côté n’est pas trop raide. Vous êtes à environ une heure et demie, en passant par des éboulis puis par des prairies, de la Hanauer Hütte. De la Vordere Dremelscharte, la Dremelspitze (2733 mètres), l’un des plus beaux sommets du « Lechtaler », peut être conquise par le chemin classique.

Étape 16 : Hanauer Hütte (1922 mètres) – Steinseehütte (2061 mètres) (par la Hintere Dremelscharte)

Dénivelé à la montée/descente : 606/472 mètres, durée de marche : 3h30, longueur : 4,4 kilomètres, difficulté : élevée

Le chemin de la Hanauer Hütte jusqu’à la Steinseehütte par la Östliche Dremelscharte et la Hintere Dremelscharte est un peu plus long et passe à gauche de la Dremelspitze. Vous descendez ensuite vers le lac de Steinsee et vers l’auberge du même nom. Pour ceux dont la soif de parois rocheuses ne serait pas encore étanchée sont présentes de nombreuses possibilités d’escalade autour de la Steinseehütte. Même des cours pour débutants et niveaux avancés y sont proposés.

Étape 17 : Hanauer Hütte (1922 mètres) – Muttekopfhütte (1934 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 1 067/ 1 053 mètres, durée de marche : 7h, longueur : 9,8 kilomètres, difficulté : élevée

L’avant dernière étape du Lechtaler Höhenweg offre elle-aussi deux grandes dépressions au menu. Tout commence par la montée au Galtseitejoch (2421 mètres), puis par le passage, sous le flanc pentu de la Muttekopf, de la dépression Muttekopfscharte (2630 mètres). Ensuite, la descente est rude vers la Muttekopfhütte. Cette dernière fait partie de ces vieilles auberges alpines, modernisée avec beaucoup de charme. Elle offre de nombreuses possibilités d’escalade dans les plus proches environs. Si l’envie de sommet vous titille, le Muttekopfgipfel (2774 mètres) offre l’une des plus belles vues des Alpes de Lechtal, tout en étant facile à gravir.

Étape 18 : Muttekopfhütte (1934 mètres) – Anhalter Hütte (2042 mètres)

Dénivelé à la montée/descente : 853/752 mètres, durée de marche : 5h15, longueur : 7,8 kilomètres, difficulté : moyenne

Le chemin part de la Muttekopfhütte vers le nord et la cirque glaciaire Scharnitzkar, puis vers le col du même nom (2441 mètres). Les passages escarpés et rocheux du Hahnenkar vous font ensuite descendre vers le Hahntennjoch (1894 mètres), en traversant la route Hahntennjochstraße. Le chemin qui suit vers le Steinjöchl (2198 mètres) est un chemin très apprécié des randonneurs. De belles et douces prairies vous font descendre vers l’Anhalter Hütte, auberge chaleureuse au charme authentique. Elle constitue avec son inséparable montagne fleurie Tschachaun (2334 mètres) un but d’excursion savoureux et digne de la fin du Lechtaler Höhenweg.

Descente : Anhalter Hütte (2042 mètres) – arrêt de bus Plötzigtal (1370 mètres)

Dénivelé à la descente : 729 mètres, durée de marche : 2h20, longueur : 6 kilomètres, difficulté : moyenne

La descente de l’Anhalter Hütte se fait vers l’est par la vallée de Plötigtal jusqu’à la route Hahntennjochstraße, où vous verrez un arrêt de bus dans le virage en épingle à cheveux. Le bus 4266 ramène le randonneur vers Elmen dans la vallée de Lechtal.

Localités longeant l'itinéraire

Arrivée

Comment rejoignez-vous votre destination? Par avion, train, bus ou voiture.

Votre adresse de destination : Steeg im Lechtal

powered by Rome2Rio

Chercher hébergement


Itinéraires de randonnée dans les environs

Haut
Vous voulez que les vacances se glissent dans votre boîte mail?

Alors abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des conseils frais pour vos vacances au Tyrol.

Live Chat
Live Chat