Chemin de grande randonnée
Ötztal Trek


La vallée d’Ötztal fait 65 kilomètres de long. L’Ötztal Trek est fidèle à la haute altitude et pousse le plaisir de la randonnée en hautes Alpes au maximum, en s’étirant sur 400 kilomètres et en vous dévoilant toute la vallée de l’Ötztal. Depuis la gare de l’Ötztal, ce chemin de grande randonnée particulièrement apprécié poursuit sur les montagnes du versant est de la vallée jusqu’à Obergurgl et Vent. C’est sur le versant ouest, à la chaîne de montagnes Geigenkamm, qu’il rebrousse chemin pour rejoindre son point de départ.

Six itinéraires représentant un total de 22 étapes (temps de marche compris entre deux et dix heures), et 15 variantes d’auberge en auberge offrent de fantastiques expériences en pleine nature, des vues à couper le souffle et des nuitées bien douillettes. Dépressions, crêtes, sommets et glace de glacier : voilà ce qui vous attend avec l’Ötztal Trek. Ah oui, et aussi 30 000 mètres de dénivelé. La plupart des étapes sont classées noires, c’est-à-dire difficiles. Les autres sont rouges, c’est-à-dire considérées de difficulté moyenne. Avant de vous lancer, soyez sûr d’avoir de l’expérience en alpinisme, ainsi qu’un équipement adapté. Préparez également avec soin et précision votre itinéraire. Montée et descente sont possibles à chaque étape.

Plus d’informations sur l’Ötztal Trek : www.oetztal.com

Ouvrir la grande carte

Point de départ  

Gare de l'Ötztal

Lieu d'arrivée

Gare de l'Ötztal

Chaîne de montagne

Alpes d'Ötztal

Longueur

400 km

Temps de marche

117 h

Caractéristiques

  • Randonnée possible en fauteuil roulant motorisé
  • Randonnées circulaire

Difficulté

difficile (chemin de montagne noir)

Altitude

3 170 m 700 m

Dénivelé à la montée 17 060 m
Dénivelé à la descente 16 300 m

Condition physique

* Il s'agit ici de données indicatives et de recommandations. Veuillez aussi prendre en compte vos propres capacités et les conditions météorologiques en cours. Nous ne saurions être tenus responsables quant à l'exactitude des informations données.

Description de l'itinéraire


ÖTZTAL TREK/ITINÉRAIRE 1 (ÉTAPES 1 - 5)

Parcours : Ötztal-Bahnhof – Dortmunder Hütte – Schweinfurter Hütte – Winnebachseehütte – Amberger Hütte – Hochstubaihütte

L’itinéraire 1, c’est le début de l’aventure Ötztal Trek. Il requiert certes une bonne condition physique, mais est facilement abordable avec un peu d’entraînement alpiniste, étant donné que la plupart des passages sont sans glace. Pour l’étape 4 (Winnebachseehütte – Amberger Hütte) et l‘étape 5 (Amberger Hütte – Hochstubaihütte), vous avez besoin d’expérience dans les Hautes Alpes. Avant ces deux étapes se présente la possibilité de redescendre facilement dans la vallée.

Étape 1 : Ötztal Bahnhof (704 m) – Marlstein – Mareil – Dortmunder Hütte (1 949 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 1 450/200 mètres ; durée : 6h30 ; longueur : 17 km

Cette étape - depuis la gare d’Ötztal jusqu’à l’auberge Dortmunder Hütte - emprunte chemins piétons, chemins carrossables et sentiers, et ne présente aucune exigence particulière en alpinisme. Une forêt à l’atmosphère agréable vous guide d’abord vers un hameau, puis vers les magnifiques lacs de Moorsee, de Brandsee ou de Amberger See, où vous pouvez vous rafraîchir. Vous poursuivez ensuite en direction de « Sattele » vers Marlstein et Mareil, où vous pouvez passer la nuit. Si vous vous sentez de continuer, suivez le chemin Kaiser-Franz-Josef-Weg et offrez-vous 200 mètres de dénivelé supplémentaires jusqu’au refuge Dortmunder Hütte de Kühtai.

Étape 2 : Dortmunder Hütte (1 949 m) – Schweinfurter Hütte (2 028 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 850/800 mètres ; durée : 4h ; longueur : 10 km

Depuis Kühtain, le chemin passe par des prairies en montant vers le lac Finstertaler Stausee, dont le barrage en enrochements de 149 mètres de haut vaut vraiment le coup d’œil. C’est en empruntant la couronne du barrage que vous poursuivez sur la dépression Finstertaler Scharte (2 777 mètres), d’où s’ouvre une vue incroyable, notamment sur la Wildspitze, la montagne la plus haute du Tyrol. Ce sont des alpages et un joyeux petit ruisseau qui vous accompagnent ensuite en lacets descendants vers l’auberge Schweinfurter Hütte. Il s’agit du point de rencontre entre la vallée Horlachtal et la vallée Zwieselbachtal.

Étape 3 : Schweinfurter Hütte (2 028 m) – Winnebachseehütte (2 361 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 850/500 mètres ; durée : 4h30 ; longueur : 10 km

L’itinéraire vous fait pénétrer dans la belle vallée de Zwieselbachtal et côtoyer son paysage magnifique. Vous dépassez l’auberge Zwieselbacher Sennhütte. À 2 150 mètres d’altitude, le chemin carrossable débouche sur un sentier. Vous passez un bon moment par des éboulis, ce qui demande un peu d’endurance vu l’absence de chemin. En plein été, on arrive sur le col Zwieselbachjoch sans rencontrer de glace ni de neige. Et pourtant quelle vue fantastique sur les glaciers – le Zwieselbachferner et le Grießkogel. Au-delà du col, le cirque glaciaire Winnebachkar vous permet de descendre rapidement à l’auberge Winnebachseehütte.

Étape 4 : Winnebachseehütte (2 361 m) – Bachfallenferner – Amberger Hütte (2 136 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 700/900 mètres ; durée : 5h ; longueur : 10 km

Dépassant la Ernst-Riml-Spitze, le sentier part de la Winnebachseehütte pour monter assez raide en lacets par un cône de moraine jusqu’au glacier Bachfallenferner. De l’expérience en milieu glaciaire s’impose ici, ainsi qu’un équipement adapté et éventuellement un guide de montagne. Le glacier est en effet traversé, d’abord sur du plat, puis sur terrain un peu plus raide. Des notions d’escalade sont ensuite requises pour la Gaislehnscharte. C’est la descente pentue par le Schrankar dans la vallée Hintere Sulztal qui vous dépose finalement à l’auberge Amberger Hütte.

Étape 5 : Amberger Hütte (2 136 m) – Wütenkarsattel (3 103 m) – Hochstubaihütte (3 174 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 1 100/100 mètres ; durée : 4h30 ; longueur : 8 km

Avoir de l’expérience en Hautes Alpes est nécessaire pour cette étape aussi. Dans les confins plats de la Sulze, vous randonnez en direction du sud, avant de suivre l’itinéraire qui monte sur le versant, puis passe par la moraine terminale ouest vers le glacier Sulztalferner. Pour le chemin au pied de la Wilden Leck et vers le col Wütenkarsattel, il est conseillé de s’encorder car il y a des crevasses. Le chemin vers le Wütenkarferner passe devant un petit lac et débouche sur l’itinéraire qui monte de Sölden à l’auberge Hochstubaihütte. Sur une large crête, vous savourez la vue généreuse en parcourant les derniers 100 mètres de dénivelé qui vous séparent de la Schutzhaus.

 

ÖTZTAL TREK/ITINÉRAIRE 2 (Étapes 6 - 9)

Parcours : Hochstubaihütte – Hildesheimer Hütte – Siegerlandhütte – Gasthaus Hochfirst – Brunnenkogelhaus

L’itinéraire 2 de l’Ötztal Trek figure chez les alpinistes parmi les grands classiques. Il emprunte d’anciens chemins de contrebande et flirte avec la réserve naturelle sauvage Windachtal à l’est de Sölden. Il offre également la possibilité de jouer un peu à « saute-frontières » avec le Tyrol du Sud voisin (partie italienne du Tyrol) par un crochet passant par le col Timmelsjoch.

Étape 6 : Hochstubaihütte (3 174 m) – Scharte am Windachferner – Hildesheimer Hütte (2 900 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 650/900 mètres ; durée : 5h30 ; longueur : 7 km

Depuis l’auberge Hochstubaihütte monte une « échelle de Jakob », sécurisée par des câbles et un escalier en pierre. Un sentier descend ensuite vers le lac de Seekarsee. L’itinéraire reprend bientôt de la montée et se faufile après les contreforts marécageux de la Warenkar en lacets jusqu’à la dépression du Windachferner. Vous descendez le glacier et suivez en montée le chemin vers le restaurant Jochdohle dans le domaine skiable. Une fois sur le Gaiskarferner, vous descendez vers le sud-est jusqu’à la croupe rocheuse, puis poursuivez un peu en descente pour atteindre l’auberge Hildesheimer Hütte. 

Étape 7 : Hildesheimer  Hütte (2 900 m) – Gamsplatzl (3 018 m) – Siegerland Hütte (2 710 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 350/550 mètres ; durée : 3h30 ; longueur : 5,3 km

Sur chemin, sentier

Cet itinéraire vous mène dans la région souveraine de la Zuckerhütl. Le long du chemin Hüttenzustieg, vous descendez de l’auberge Hildesheimer Hütte, traversez la vallée de Windachtal, et poursuivez jusqu’au Gaiskarbach. Ensuite, vous passez les moraines de l’impressionnant Pfaffenferner, avant de franchir par endroit de grosses pierres et des passages sécurisés pour arriver en haut à la Gamsplatzl. Faites régulièrement une pause pour admirer la vue sur la Zuckerhütl (3 507 Meter), plus haute montagne des Alpes de Stubai, ainsi que les sommets spectaculaires des Alpes d’Ötztal. Puis cela descend raide vers le lac de Triebenkarsee, en contrebas de la langue glaciaire du Triebenkarlasferner. Maintenant, un passage tranquille sans dénivelé particulier se présente, jusqu’à ce que le sentier vous conduise tranquillement à l’auberge Siegerlandhütte.

Étape 8 : Siegerland Hütte (2 710 m) – Windachscharte – Gasthaus Hochfirst (1 860 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 262/1 112 mètres ; durée : 4h ; longueur : 5 km

De vieux chemins de contrebandiers vous guident vers la Windachscharte à 2 862 mètres d’altitude. Vous franchissez la frontière avec l’Italie et descendez légèrement vers le romantique alpage Timmelsalm. Un peu en contrebas passe la route des Hautes Alpes du Timmelsjoch. Vous êtes maintenant tout près de l’auberge Hochfirst qui se trouve directement sur cette route de col populaire, qui relie le Tyrol autrichien à son frère italien, le Tyrol du Sud. Ceux qui ont encore de la force dans les mollets et de la motivation dans leur sac à dos peuvent prendre, au niveau du lac Timmler Schwarzsee, la bifurcation en direction de l’auberge Schneeberghaus, où on vous explique l’histoire des mines du Tyrol du Sud.

Étape 9 : Gasthaus Hochfirst (1 860 m) – Timmelsjoch – Brunnenkogelhaus (2 738 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 1 200/250 mètres ; durée : 5h ; longueur : 9,5 km

De l’auberge Hochfirst, montez jusqu’à la Rasthaus am Timmelsjoch, d’où le chemin poursuit en légère montée et effleure de nombreux petits lacs. Ensuite, vous traversez les cirques glaciaires Wannenkar, Rötenkar et Wietenkar. C’est sur un terrain rocheux que vous parvenez au col Wannenkarsattel. Vous longez maintenant la crête pour monter à la Wilde Rötespitz, le point culminant de cette randonnée, et qui offre un aperçu de choix sur la Ötztaler Wildspitze, l’impressionnante Weißkugel et l’imposante Zuckerhütl de Stubai. C’est en légère descente que le chemin conduit à l’auberge Brunnenkogelhaus. Pour la descente vers Sölden, vous optez pour le chemin vers l’auberge Fiegl‘s Hütte dans la vallée de Windachtal (env. 2h), d’où vous pouvez prendre le bus Windach vers Sölden. Pour vous rendre au point de départ de la prochaine étape, prenez la ligne de bus Sölden -Obergurgl.

 

ÖTZTAL TREK/ITINÉRAIRE 3 (Étapes 10 - 12)

Itinéraire de l’Ötztal

Parcours : Obergurgl – Langtalereckhütte – Hochwildehaus – Ramolhaus  – Martin-Busch-Hütte – Similiaunhütte

L’itinéraire 3 de l’Ötztal Trek vous mène dans les confins de la vallée d’Ötztal, vers Obergurgl, sur les traces du légendaire pionnier du ballon à hydrogène Auguste Piccard, ainsi que sur celles d’Ötzi, « l’homme des glaces » connu dans le monde entier. Il s’agit aussi d’explorer cet impressionnant univers des glaciers qui domine Vent. Par le col Niederjoch et l’auberge Similaunhütte, un crochet peut aussi vous faire passer en Italie, dans le Tyrol du Sud.

Étape 10 : Obergurgl (1 900 m) – Langtalereck Hütte (2 430 m) – Hochwildehaus (2 866 m) – Ramolhaus (3 005 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 1 600/500 mètres ; durée : 7h ; longueur : 16 km

Cette étape impressionnante débute dans le centre de Obergurgl. Vous vous enfoncez ensuite dans la vallée et suivez à partir de l’auberge David’s Hütte le chemin alpin de découverte qui vous fait traverser la forêt de pins cimbre. Vous dépassez les auberges Schönwieshütte et Langtalereckhütte et entrez dans la vallée Langtal, vers la moraine du glacier Gurgler Ferner. Parallèlement au glacier, montez vers l’auberge Hochwildehaus. Après avoir agréablement repris des forces, vous redescendez jusqu’au Gurgler Ferner. De petits marquages vous indiquent où traverser le glacier sur le plat et sans danger. Des échelons en acier vous aident à passer une dalle rocheuse. Parfois assez raide, le chemin monte vers le refuge Ramolhaus sur la Köpfle.

Étape 11 : Ramolhaus (3 005 m) – Ramoljoch (3 189 m) – Martin-Busch-Hütte (2 501 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 700/1 200 mètres ; durée : 6h ; longueur : 11,5 km

Cette étape mène du col Ramoljoch à la vallée Niedertal, et s’attelle aux blocks rocheux et à la glace du Ramolferner. Vous commencez d’abord sur des dalles de roche et des éboulis à monter franchement jusqu’au col Ramoljoch. Câbles fixes et étriers en acier vous facilitent l’ascension. Sous l’œil attentif du glacier Spiegelferner, le chemin descend ensuite rapidement jusqu’à déboucher sur l’auberge Martin-Busch-Hütte. Là vous attend une montée facile au cœur d’alpages des Hautes Alpes, où des moutons sont très certainement en train de paître. Vous passez ensuite les versants qui surplombent la vallée Niedertal, ainsi que les cours d’eau Diembach et Niedertalbach. L’agréable voie carrossable qui file par la vallée de Niedertal monte ensuite vers la Martin-Busch-Hütte.

Étape 12 : Martin-Busch-Hütte (2 501 m) – Similaun Hütte (3 017 m)

Mètres de dénivelé à la montée : 500 mètres ; durée : 2h ; longueur : 4,5 km

Ötzi, l’homme des glaces, est votre compagnon imaginaire tout au long de cette étape qui s’étend de l’auberge Martin-Busch-Hütte à la Similaunhütte. Cette dernière se situe à 3 017 mètres d’altitude du côté italien du Tyrol, sur le col Niederjoch. Vous vous enfoncez d’abord dans la vallée de Niedertal et suivez le cours d’eau Niederjochbach. Puis ça monte tranquillement tout en passant des versants de moraine, sans que le Niederjochferner ne présente de grande difficulté. Au-dessus du Niederjochferner à l’ouest, un itinéraire balisé vous guide vers l’auberge Similaunhütte. Qui veut s’atteler à la Similaun (3 599 mètres) ne doit pas être sujet au vertige, doit avoir de l’expérience dans les Alpes et être équipé pour s’attaquer à un glacier.

 

ÖTZTAL TREK/ITINÉRAIRE 4 (Étapes 13 - 17)

Sur les traces d’Ötzi

Parcours : Similaunhütte – Hochjoch-Hospiz – Brandenburger Haus – Vernagthütte – Breslauer Hütte – Restaurant Tiefenbach  – Rettenbachjoch – Braunschweiger Hütte

L’itinéraire 4 de l’Ötztal Trek explore généreusement l’impressionnant univers glaciaire autour de Vent dans la vallée de l’Ötztal. Là aussi, vous êtes sur les traces de l’homme des glaces Ötzi, et vous vous retrouvez parfois face à des passages difficiles. Une expérience en Hautes Alpes, un équipement adapté comme une pioche ou une corde, ainsi que des connaissances précises de la manière d’aborder un glacier sont des mesures de sécurité qu’il faut absolument respecter.

Étape 13 : Similaun Hütte (3 017 m) – Hauslabjoch (3 283 m) – Hochjoch-Hospiz (2 412 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 450/1 050 mètres ; durée : 5h ; longueur : 7,5 km

De l’auberge Similaunhütte vous partez pour le col Tisenjoch. C’est là qu’on découvrit, en 1991, le célèbre homme des glaces Ötzi. Vous devez d’abord, avec l’aide d’une corde fixe, passez une crête abrupte en forme de bloc. Après la visite du lieu de découverte de la momie, 100 mètres de dénivelé vous séparent du col Hauslabjoch. Un tronçon court maintenant sur le glacier Hochjochferner, avant que l’itinéraire ne débouche sur un sentier de montagne qui descend de la Seilkogel. Vous descendez en pente raide dans la vallée de Rofental, passez de l’autre côté du cours d’eau Hochjochbach, puis continuez vers le cours d’eau du Hintereisferner. Pour atteindre la Hochjoch-Hospiz, il vous reste 100 mètres de dénivelé exigeants à parcourir.

Étape 14 : Hochjoch-Hospiz (2 412 m) – Brandenburger Haus (3 274 m)

Mètres de dénivelé à la montée : 850 mètres ; durée : 3h30 ; longueur : 5,5 km

Cette étape vous offre l’occasion d’admirer un majestueux château de glacier : la Brandenburger Haus, à 3 274 mètres d’altitude, est perchée sur un rocher qui domine le Kesselwandferner. De la Hochjoch-Hospiz, vous montez d’abord par un raide versant de prairies, puis sur la neige glaciaire. L’itinéraire par le glacier est indiqué par des barres visibles, s’encorder est absolument nécessaire. Comptez une bonne heure pour venir à bout de ce passage. Dans la dernière partie de l’étape, vous passez par de grosses pierres et des éléments rocheux avant d’atteindre la Brandenburger Haus, d’où vous savourez la vue incroyable. Depuis la Brandenburger Haus, la Dahmannspitze (3 397 mètres) se laisse aborder en environ 30 minutes. Cette expédition sur glacier requiert un pas assuré et une absence de vertige.

Étape 15 : Brandenburger Haus (3 274 m) – Fluchtkogel (3 497 m) – Vernagt Hütte (2 755 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 250/800 mètres ; durée : 4h30 ; longueur : 5,5 km

Depuis l’aberge Brandenburger Haus, le sentier descend par de grosses pierres à environ 50 mètres de dénivelé plus bas sur le Kesselwandferner. Maintenant, vous traversez le glacier en direction du nord-est jusqu’au col Oberen Guslarjoch. De là, seuls 150 mètres restent à parcourir sur l’imposante Fluchtkogel. Son altitude de 3 497 mètres permet d’admirer royalement le décor alentour. Cette ascension de sommet représente le point culminant de l’itinéraire. Revenez ensuite au Oberen Guslarjoch, puis en descente raide jusqu’au Guslarferner. En traversant, on arrive sur un relief où il faut faire attention à d’éventuelles crevasses. C’est ensuite sur des moraines que vous descendez vers l’auberge Vernagthütte.

Étape 16 : Vernagt Hütte (2 755 m) – Breslauer Hütte (2 844 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 300/250 mètres ; durée : 2h ; longueur : 7 km

Cette étape courte et peu exigeante techniquement ouvre des vues fantastiques, notamment sur le glacier Großen Vernagtferner avec la Hochvernagtspitze. Tout d’abord, vous partez de la Vernagthütte, puis descendez le versant et poursuivez dans la vallée du cours d’eau Vernagtbach. Vous passez de l’autre côté, avant de monter vers la Platteiberg. A partir de là, l’itinéraire domine largement la vallée de Rofental, même s’il passe par les cirques glaciaires Platteikar et Mitterkar. Dans le Mitterkar, la Ötztaler Wildspitze se dresse au-dessus de vous. Bientôt, vous arrivez à l’auberge Breslauer Hütte. De là aussi la vue est absolument grandiose, réunissant dans le même tableau la Kreuzspitze, le Hochjochferner et la Weißkugel.

Étape 17 : Breslauer Hütte (2 844 m) – Restaurant Tiefenbach (2 789 m) – Rettenbachjoch (2 990 m) – Braunschweiger Hütte (2 758 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 650/750 mètres ; durée : 7h30 ; longueur : 15 km

L’itinéraire partant de la Breslauer Hütte dépasse les contreforts de la Rofenkar par un sentier descendant. Vous débouchez bientôt sur le nouveau chemin d’altitude qui vous guide vers l’extérieur de la vallée. Vous le suivez jusqu’à ce qu’il débouche sur le splendide chemin panoramique entre Vent et le Tiefenbachferner. Avec comme décor la vallée Venter Tal en contrebas, le chemin mène au restaurant Tiefenbach du glacier Tiefenbachgletscher. Après avoir repris des forces, vous remontez la piste de ski jusqu’au Seiter Jöchl. De là commence la descente sur le Rettenbachferner. Ce passage sur glace éternelle requiert lui aussi des connaissances sur la façon d’aborder un glacier. Du col Rettenbachjoch, le chemin balisé vous guide en descente vers l’auberge Braunschweiger Hütte.

VARIANTE :

Prenez le bus du restaurant Tiefenbach jusqu’à la station inférieure du Rettenbachferner, puis montez à pied vers le parking supérieur de la route du glacier. De là, vous grimpez au col Pitztaler Jöchl (2 996 mètres). Les derniers mètres passent par un terrain glaciaire sans crevasse où les échelons sont éventuellement nécessaires. Vous descendez ensuite vers l’auberge Braunschweiger Hütte (environ 1h45 depuis la station inférieure du glacier Rettenbachferner). Si le Pitztaler Jöchl est fermé : du parking supérieur vers le col Rettenbachjoch (les derniers mètres sont peu difficiles sur le glacier ; environ 1h45 depuis la station inférieure jusqu’à l’auberge).

 

ÖTZTAL TREK/ITINÉRAIRE 5 (Étapes 18 - 20)

Par la crête Geigenkamm – chemin d’altitude Mainzer Höhenweg

Parcours : Braunschweiger Hütte  – Mainzer Höhenweg – Rüsselsheimer Hütte  – Luibisscharte  – Hauerseehütte - Felderjöchl  – Frischmannhütte

L’itinéraire 5 de l’Ötztal Trek propose des étapes magnifiques, exigeantes au niveau alpiniste. Le chemin d’altitude Mainzer Höhenweg requiert absolument un pas assuré et des notions solides en escalade. La chaîne de montagnes Geigenkamm, qui sépare la vallée de l’Ötztal de la vallée de Pitztal, dévoile aux alpinistes nombre de richesses naturelles. Avec de la chance, des bons yeux et des jumelles, vous apercevrez peut-être des bouquetins.

Étape 18 : Braunschweiger Hütte (2 758 m) – Mainzer Höhenweg – Rüsselsheimer Hütte (2 328 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 800/1 200 mètres ; durée : 10h ; longueur : 9 km

Il s’agit d’une étape exigeante en pleines Hautes Alpes : le chemin part de la Braunschweiger Hütte et progresse en contrebas du Pitztaler Jöchl en descendant dans la Silbergrube. Vous attaquez bientôt le premier sommet de cette étape dépassant les 3 000 mètres : le Wurmsitzkogel (3 079 mètres). Ensuite suivront la Grschrappkogel (3 197 mètres) et la Wassertalkogel (3 252 mètres) avec un bivouac pour douze personnes. Étant donné que la confortable auberge Rüsselheimer Hütte vous attend à la fin de l’étape, mieux vaut continuer. Vous descendez en passant quelques zones glaciaires. Après un passage d’escalade, le sentier mène au col Weißmaurachjoch, puis descend au Weißmaurachkar. Après environ 10 heures, vous atteignez la Rüsselsheimer Hütte et aurez peut-être bien envie, après l’ascension de trois sommets dépassant les 3 000 mètres, d’un goulache au bouquetin !

Étape 19 : Rüsselsheimer Hütte (2 328 m) – Kapuzinerjöchl (2 710 m) – Breitlehnjöchl (2 637 m) – Sandjöchl (2 826 m) – Luibisscharte (2 914 m)– Hauersee Hütte (2 383 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 1 200/1 200 mètres ; durée : 7h ; longueur : 10,5 km

Quelques cols et un petit glacier figurent au programme de cette étape, qui depuis l’auberge Rüsselsheimer Hütte mène à Gahwinden, d’où s’ouvre une vue magnifique. De là, ça descend par des éboulis vers le Rötkarle, puis ça monte vers le petit col Kapuzinerjöchl.  Sécurisé par des câbles, l’itinéraire vous fait ensuite descendre sur terrain escarpé, puis monter jusqu’aux cols Breitlehnjöchl et Sandjöchl. Suit une partie fatigante : après une bifurcation, cela monte raide vers la Luibisscharte, puis redescend de l’autre côté jusqu’au Hauerferner, qui ne présente pas de crevasse.  À cause d’une chute de pierres, le chemin de grande randonnée entre le glacier et le Hauerseehütte est officiellement fermé. Un itinéraire alternatif part immédiatement après le passage du glacier près d’un rocher et descend vers l’auberge. Le Hauerseehütte est un refuge en gestion libre, le gardien est présent seulement pendant la pleine saison.

Étape 20 : Hauersee Hütte (2 383 m) – Felderjöchl (2 797 m) – Frischmann Hütte (2 192 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 600/800 mètres ; durée : 4h ; longueur : 7,5 km

C’est un regard nouveau que nous offrent les lacs de montagne de cette étape de Mittleren Geigenkamm. Le premier lac ne se fait pas attendre : il se montre directement devant le Hauerseehütte. Le second n’est pas loin non plus : le Untere Spitzigsee se rejoint par le chemin légèrement en descente. Vous randonnez ensuite en plein cœur de la vallée d’Innerbergtal et passez bientôt les versants qui courent au-dessus du Felderkar. Pour atteindre le lac Weißen See, il faut à nouveau monter dur ; le sentier sécurisé se révèle ensuite raide et rocheux dans son ascension vers le col Felderjöchl. Après une descente tout aussi raide de l’autre côté, vous continuez dans le Fernerkar, sous le regard bienveillant du glacier Ploderferner. Sous la Griesköpfen, ça descend rapidement, avant d’entamer le dernier tronçon qui vous amène par de doux alpages à l’auberge Frischmannhütte.

 

ÖTZTAL TREK/ITINÉRAIRE 6 (Étapes 21 - 22)

Par la gorge Geigenkamm – chemin Forchheimer Weg

Parcours : Frischmannhütte – Fundusfeiler – Erlanger Hütte – Forchheimer Weg – Maisalm – Ötztal- Bahnhof

L’itinéraire 6 de l’Ötztal Trek est constitué de deux étapes, bien qu’il soit conseillé lors de la dernière étape de passer la nuit à l’auberge, afin de pas avoir à avaler 2 350 mètres de dénivelé à la descente en un seul jour. À partir de l’auberge Erlanger Hütte, c’est le chemin Forchheimer Weg qui vous guide. Il offre un paysage particulièrement beau, est peu fréquenté, et ouvre sur des vues splendides et lointaines.

Étape 21 : Frischmann Hütte (2 192 m) – Fundusfeiler (3 079 m) – Erlanger Hütte (2 541 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 1 250/900 mètres ; durée : 6h ; longueur : 10 km

Vous voilà en route vers l’un des plus beaux lacs de montagne tyroliens ! Dans un premier temps, vous quittez la Frischmannhütte pour le cirque glaciaire Funduskar, puis poursuivez vers la cavité Fundusfeilerrinne. Après avoir passé les deux corniques à l’aide de câbles, vous arrivez à la dépression Feilerscharte. Environ 150 mètres vous séparent maintenant du sommet Fundusfeiler, qui pointe à 3 079 mètres d’altitude et offre une vue magnifique. De retour à la dépression, vous descendez par des éboulis vers le « Schwarze Loch » (le « Trou noir ») et, sans vous laisser impressionner par ce nom menaçant, poursuivez par de splendides alpages en dominant la vallée de Leierstal. Maintenant, cela monte dur et en lacets vers une sorte de col, où vous attend de l’autre côté le lac Wettersee et son eau incroyablement claire. Vous vous trouvez à seulement quelques minutes de l’auberge Erlanger Hütte.

Étape 22 : Erlanger Hütte (2 541 m) – Forchheimer Weg – Maisalm (1 631 m) – Ötztal-Bahnhof (704 m)

Mètres de dénivelé à la montée/à la descente : 500/2 350 mètres ; durée : 9h ; longueur : 19 km

Si certains veulent faire ce tour en une seule journée, il est bon de savoir que cela implique de venir à bout de 2 359 mètres de dénivelé à la descente en une fois. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de passer la nuit à la Maisalm. D’abord, partez de la Erlanger Hütte vers l’arrière de la vallée Tumpental, puis grimpez jusqu’au col Murmentenkarjoch. La descente de l’autre côté vous mène au petit refuge Forchheimer Biwakschachtel (hébergement d’urgence, quatre places pour dormir). Vous longez ensuite la crête pour descendre et dépassez la Hahnenkamm par l’est. De la Vorderen Geigenkamm, vous poursuivez vers la Mutkopf, ainsi que vers le refuge Muthütte en gestion libre. Sur un chemin carrossable, vous arrivez en environ six heures de marche à l’auberge Maisalm. Si vous voulez y passer la nuit, pensez à réserver au préalable. Le jour suivant vous attend la descente vers Roppen (dans la vallée), puis vers votre point de départ, qui est aussi le point d’arrivée, la gare d’Ötztal.

Arrivée

Comment rejoignez-vous votre destination? Par avion, train, bus ou voiture.

Votre adresse de destination : Ötztal Bahnhof, Haiming

powered by Rome2Rio

Chercher hébergement


Itinéraires de randonnée dans les environs


Haut
Vous voulez que les vacances se glissent dans votre boîte mail?

Alors abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement des conseils frais pour vos vacances au Tyrol

Live Chat
Live Chat